Nouvelle-Écosse | Premiers pas sur l’Île du Cap-Breton

Après quelques jours à Halifax, alternant travail et découvertes, c’est parti pour un road-trip en zone inconnue ! J’ai douze jours devant moi pour sillonner les routes de la Nouvelle-Écosse, province des maritimes située à l’est du Canada, sur la côte atlantique… En somme, des vacances à la mer. Oui, peut-être… mais en plein mois de mars, avec des températures variant de -15 à – 5°C… autant dire que l’océan, je l’ai regardé mais je ne l’ai pas testé. Pourtant, ici, aucun endroit ne se situe à plus de 50 kilomètres de l’eau salée !

Jeudi 7 mars 2019, 12 h 45. Je quitte l’aéroport à bord de mon fidèle destrier, une Volkswagen Jetta noire, boîte automatique et siège chauffant (le road-trip s’annonce déjà parfait), et me dirige vers l’Île du Cap-Breton, à l’extrémité nord-est de la province. J’évolue sur une des routes principales de la province, une deux fois deux voies…ça me change du Yukon ! C’est tout droit, tout plat et surtout « urbanisé », avec plusieurs bâtiments qui s’élèvent çà et là le long de la ligne cimentée. Je suis même quelque peu étonnée de retrouver des sorties d’autoroute ! Régulièrement, elles annoncent un Tim Hortons, un Subway ou compagnie… si bien que cela me rappelle la traversée de Whitehorse à Freelton que nous avions effectué avec mon Fisherman en septembre 2018. Je ne saurais dire avec précision ce à quoi je m’attendais, mais certainement à quelque chose d’un peu plus perdu dans la nature. Pourtant, avec une densité de 16 et quelques pour cent (un peu moins d’un million d’habitants réparti sur 55 284 km²), la Nouvelle-Écosse se hisse fièrement sur la 2e marche du podium des juridictions les plus denses du pays.

Localisation Nouvelle-Écosse
Un peu moins de 7.000 km séparent Whitehorse d’Halifax. Source : FreeTemplates

Après 2 h 30 de route, je franchis le pont menant à l’Île du Cap-Breton. Je suis tout excitée ! Était-ce parce que j’allais enfin rouler sur la piste Cabot, cette route panoramique faisant le tour de l’île et reconnue dans le monde entier (et dont je n’ai découvert l’existence qu’en faisant mes recherches pour ce voyage) ? Ou était-ce parce que les randonnées que j’avais prévues faire me promettaient des vues à couper le souffle sur un littoral sauvage et un océan gelé ? J’ignorais la raison exacte mais j’étais tout excitée.

Bref, pour mes premiers pas sur l’île, je décide de me rendre au parc provincial Whycocomagh pour une petite marche, histoire de me dégourdir les jambes. Occupant une colline surplombant la vallée de la rivière Skye et le lac Bras d’Or, le parc offre un cadre pittoresque et est réputé pour ses magnifiques couleurs automnales. Au mois de mars cependant, ce sont uniquement des troncs nus et de la neige qui m’accueillent (bon, et un beau ciel bleu aussi). J’avais néanmoins jeté mon dévolu sur ce parc car les vues promises depuis les belvédères de Salt Mountain sur le fameux lac Bras d’Or (une étendue d’eau salée au centre de l’Île du Cap-Breton) m’interpellaient.

Nouvelle-Écosse Parc provincial Whycocomagh (6)
©Kelly Tabuteau

N’ayant pas de données cellulaires sur mon téléphone portable, j’avais repéré ma route sur Google Maps la veille, mais une fois sur place, je ne suis pas certaine d’être au bon endroit. Par chance, un petit monsieur revient tout juste de sa balade avec son chien. J’en profite donc pour lui demander si le sentier Salt Mountain commence bien ici. Il n’en a pas la moindre idée… me voilà bien partie ! Il doit voir une expression déçue poindre sur mon visage car il ajoute qu’une trace en raquettes se rend au sommet de la montagne (enfin la grande colline devant nous et que je devine être celle que je souhaitais gravir). Je le remercie et m’élance donc sur le sentier, sans raquettes, ni bâtons, faisant confiance à mon interlocuteur. Grave erreur ! Le sentier est tapé sur les huit cents premiers mètres, puis plus rien…

Je décide de continuer quand même mais j’en ch** grave car j’ai de la neige jusqu’aux genoux. Les pieds trempés, mode ronchon activé, je continue tant bien que mal. Cerise sur le gâteau, en arrivant en haut, je trouve la vue sympa mais pas ouf non plus (je ne suis certainement pas dans les meilleures conditions pour l’apprécier du moins, la faute à Grincheux qui s’est invité dans ma tête). Je ne m’attarde donc pas trop avant de redescendre.

Quand j’arrive à la voiture, il est 17 h 45, la nuit ne va plus trop tarder à s’installer alors je reprends rapidement la route, cette fois-ci, vers mon Airbnb. Pour ce voyage hivernal, en solitaire, j’avais décidé de tester ce mode d’hébergement afin d’être assurée de passer chaque nuit au chaud, d’avoir davantage de flexibilité sur mon trajet, mais aussi pour rencontrer quelques locaux. Mais, de nuit, sans GPS, je galère pour trouver la ferme de Peter. Après quelques allers-retours, je finis par dégoter la « ruelle » enneigée qui s’élève pour me mener à destination. Fermier, agriculteur, coupeur de bois, … mon hôte est un homme d’extérieur à la vie bien remplie. À peine arrivée, il me montre ma chambre, puis s’en va à une réunion. Certains pourraient s’offusquer, mais moi qui ne suis pas d’humeur « sociale » ce soir, cela me convient très bien (faut dire aussi que j’ai toujours les pieds trempés de ma balade…). Une soirée calme m’attend, seule dans cette maison, certes un peu rustique, mais de tout confort, avec qui plus est deux chats très câlins. Mes chaussures sèchent tranquillement devant le poêle à bois. Quant à moi, je me réchauffe sous une montagne de couvertures, dans un lit bien douillé, en savourant quelques pages de mon livre. Malgré une première journée de road-trip mitigée, j’ai hâte d’être à demain : j’ai prévu de randonner dans le Parc national des Hautes-Terres du Cap-Breton.

Nouvelle-Écosse Parc provincial Whycocomagh (2)
©Kelly Tabuteau

« Rappelle-toi toujours que ta situation actuelle n’est pas ta destination finale. Le meilleur reste à venir. », Anonyme.

Publié par Lily's road

Récits de voyages : des endroits reculés, parfois accessibles qu'avec mes pieds, et des coins plus connus. Live from #Yukon, #PVT !

4 commentaires sur « Nouvelle-Écosse | Premiers pas sur l’Île du Cap-Breton »

    1. Salut Willy 🙂
      C’est l’air qui oscillait entre ces températures. Enfin, par endroit, l’océan était glacé en surface alors je n’imagine pas sa température… bien trop froide pour moi, c’est certain.
      Ce jour-là, c’était un jour sans, mais attend la suite, je me suis régalée sur le reste de mon séjour !
      Bises à toi.

      J'aime

Répondre à Laurence Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :